La dissonance Cognitive

Par défaut

        La dissonance cognitive est un des concepts clés dans le domaine de psychosociologie de la communication de masse, car il est très difficile de faire changer d’opinion un individu qui porte déjà des croyances sur une question donnée.  La théorie de la dissonance cognitive a été amenée pour la première fois par Léon Festinger, professeur de psychologie sociale. En 1934, un séisme de très haute magnitude avait frappé une région du Népal. Après ce séisme, une rumeur est partie d’un village longtemps coupé de l’extérieur. Selon la rumeur, il y aurait une imminente réplique sismique encore plus terrible que la précédente. Cette rumeur a duré si longtemps qu’elle est devenue une réalité indéniable dans l’esprit de ceux qui l’entendaient et même dans leur préparation à l’hypothétique séisme. Festinger, financé par une association de recherche a étudié cet évènement, notamment le mécanisme psychologique derrière la réaction de ceux qui ont cru à l’histoire. Il en conclut que les êtres humains recherchent au fond d’eux un équilibre entre leurs croyances et l’extérieur,  que cela soit rationnel ou non. Lire la suite

Publicités

Terrorisme à l’endroit

Par défaut

 

Le soir du 29 janvier 2017, un homme dont l’identité était encore inconnue, entrait armé dans une mosquée de la ville de Québec, pour abattre des hommes qui y étaient pour prier et cultiver leur foi. En très peu de temps nous avons entendu toutes les spéculations possibles dans les médias québécois. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la majorité des spéculations envisageaient un arabe ou un maghrébin  »radicalisé ».  Certains journaux ont même parlé de deux tireurs qui auraient crié  »Allah Akhbar ». L’option du ‘’terroriste locale’’ québécois de souche n’était donc pas du tout dans les pensées. Après tout, c’est normal, le danger vient toujours des autres. Alexandre Bissonnette, étudiant à l’université Laval en sciences politiques était notre beau petit terroriste local. Oui j’ai dit terroriste parce que je me fie à la définition du dictionnaire et de la loi : << terrorisme. Ensemble d’actes de violence (attentats, prises d’otages, etc.) commis par une organisation ou un individu pour créer un climat d’insécurité, pour exercer un chantage sur un gouvernement, pour satisfaire une haine à l’égard d’une communauté, d’un pays, d’un système.>> Pour Elsy Fneiche, psychoéducatrice de religion musulmane, ce n’était qu’une question de temps avant que cette tragédie n’arrive. Plusieurs menaces et propos haineux entretenus contre les communautés musulmanes étaient devenus coutume. C’est vrai que ça ne dérange personne (en tous les cas pas beaucoup de gens) quand les musulmans se font agresser. De toutes les façons, nous avons l’habitude de percevoir cette communauté comme les bourreaux du monde. Depuis bientôt 20 ans seulement, les médias semblent entretenir cette idée et nous ne nous posons pas les bonnes questions.

<< L’auteur de l’attentat cherchait à insuffler la peur… «Ça, ça s’appelle le terrorisme», estime le premier ministre Trudeau. Selon Philippe Couillard «Le terrorisme, ce n’est pas juste des bombes d’Al-Qaïda, dit-il. Ça peut prendre plusieurs formes, et on le voit maintenant dans le monde entier. >>

La veille, le maire de Québec, Régis Labeaume, a affirmé que la tuerie qui a fait six morts au Centre culturel islamique de Québec en janvier dernier n’était pas du «terrorisme», mais plutôt «le fruit de l’intolérance».

Ce jeune terroriste n’est d’aucune confession religieuse et ne vient pas du moyen-orient. Alexandre Bissonnette est notre gentil voisin à l’air complètement inoffensif. Pas de barbe, pas une babouche, pas la moindre djellaba, bref, un gars intégré et ‘’rassurant’’. Alex, c’est le jeune québécois normal que nous avons l’habitude de voir et qui ne dérange vraiment pas, aux yeux des gens. Plusieurs personnes ont été outrées d’entendre sur TVA Nouvelles les propos suivants, venant du chef d’antenne: « Un acte qui se fait contre une communauté musulmane chez nous, c’est quelque chose qu’on n’avait pas vu venir. On aurait pu imaginer le contraire, qu’une communauté musulmane, qu’un groupe extrémiste musulman commette un geste, mais que nous, quelqu’un d’une autre communauté attaque les musulmans c’est un terrorisme à l’envers si vous me permettez l’expression » – Pierre Bruneau, chef d’antenne de TVA Nouvelle.30 janvier 2017.

terrorisme inversé et terrorisme à l'endroit

Récemment, les choses sont allées encore plus loin que du simple répugnant ‘’terrorisme inversé’’. Non seulement le terrorisme ici est à l’endroit, mais le chef d’accusation de terrorisme n’a pas été associé à Alexandre Bissonnette. Les veuves sont sorties du tribunal avec un sentiment d’injustice profond. Comment appelle-t-on un homme armé qui prémédite un acte, cible une communauté et éteint des vies ? Quelle est la définition du terrorisme ? Y-a-t-il un profil type du terroriste? Comment fait-on pour passer ce casting ? Faut-il être arabe ou musulman pour être admis dans ce « hall of famé » des hommes dangereux de notre société ? Même après 6 morts, Alex n’aura pas ce  »sombre titre »? Même pas pour le principe ? Même pas pour rendre justice aux familles ? Est-ce un argument suffisant de dire qu’il a déjà plusieurs condamnations à vie pour homicides ?

Pourquoi Alexandre Bissonnette n’a-t-il pas été accusé de terrorisme?

Selon maitre Walid Hijazi, avocat criminaliste à son compte, l’ajout d’acte terroriste à l’accusation d’Alexandre Bissonnette n’aurait de but que de rendre plus sévère sa peine. Cependant, l’accusation doit prouver hors de tout doute raisonnable que le but a été fait dans un but idéologique, politique ou réligieux […]. En effet, rien ne prouve que le gentil petit Alex avait l’intention de s’attaquer à la communauté qu’il écrase constamment sur sa page facebook. Non, rien ne prouve qu’Alexandre, étudiant en sciences politiques à l’Université Laval, avait une motivation politique derrière ses homicides volontaires. De plus, rien ne prouve qu’Alexandre visait des musulmans dans une mosquée. Son GPS aurait bien pu se tromper (ça m’arrive tout le temps). De plus, il y aurait bien pu y avoir des danseuses de cabaret ou des moines bouddhistes en séminaire dans cette mosquée, juste au moment où le beau petit Alex la visitait avec son arme automatique. Alexandre Bissonnette a commis un acte qui est qualifié d’acte terroriste mais lui-même n’est pas un terroriste. Chers lecteurs, dites-vous bien une chose, la définition du terrorisme est simple. Sans même aller contre la décision de justice, pensons à notre bel Alex. Ce simple et gentil étudiant de sciences politiques à la tête rassurante et intégrée. Ce jeune imberbe adepte de poutine et n’adhérant à aucune forme religieuse, EST UN TERRORISTE QUÉBÉCOIS. La prochaine fois que vous essayerez d’associer terrorisme à une religion, réfléchissez! Il y a des problèmes qui sont simplement humains et non communautaires. Peut-être que nous sommes de mauvaise foi. Peut-être que nous ne sommes pas prêts à avoir notre premier terroriste québécois non-musulman, non-radicalisé, dont les victimes étaient de pacifiques musulmans qui payaient leurs impôts. Posons-nous les bonnes questions.

http://www.journaldequebec.com/2017/06/21/ce-netait-pas-du-terrorisme-dit-le-maire

La plume à double tranchant !

Par défaut

plume-epee

  • La voix la plus proche de l’oreille du peuple.

Dans notre société en mouvance  , le journaliste semble être le dernier lien qui nous réconcilie avec notre voisin dont nous savons peu de choses  et l’état qui semble distant . Sans journalisme , nous serions relativement coupés du monde. Cette position de médiateur est délicate. La limite entre informer le publique ( observer et transmettre)  et la propagande (discrètement affecter la trajectoire de la vérité pour un effet de contrôle) est très fine . Le matin au réveil, nous sommes à l’affut des nouvelles. Pour les journalistes c’est la course à la première page. Dans cette course folle entre le journaliste et son lecteur se tient deux fragiles gardiens : L’éthique et la déontologie. 

Cette plume si douce aux oreilles a un côté dangereusement tranchant, voir mortel. 

Terry Pratchett  » La plume est plus forte que l’épée lorsque l’épée est très courte et la plume très pointue  »  Lire la suite

Philosophie : Ce qui dépend de vous !

Par défaut

break free

 

Under The Fire of Courage, est l’histoire de James Bond Stockdale; son histoire de prisonnier de guerre au Vietnam. Le 9 septembre 1965, Stockdale est fait captif après le crash de son avion de combat, et fait prisonnier à Hoa Lo sept années durants . Stockdale explique comment il s’est dissocié de la torture , de la peur , de la souffrance psychologique, la douleur , En se faisant philosophe de sa propre cause . En quoi la pratique de la philosophie peut-elle nous élever au dessus de la peur ?

James Bond Stockdale s’est initié à la philosophie pendant ses études à l’Université de Stanford. Il a été influencé par les penseurs comme Job, Socrate, Aristote, Kant et Épictète. De tout ces philosophes , il avait un intérêt particulier pour Épictète et son ouvrage intitulé Enchiridion. La pensée d’Épictète se résume en ces termes : Se focaliser sur les choses qui dépendent de nous , et négliger celles qui ne dépendent pas de nous. Lire la suite

Refusez d’échouer !!!!

Par défaut

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

<< Your I CAN is more important than your IQ >> Robin Sharma

{ … Votre JE PEUX , est plus déterminant que votre Quotient intellectuel … }

L’échec et la réussite, selon nos aspirations personnelles et idées reçues ; ou encore le côté du globe où nous vivons, orchestrent et rythment bien souvent notre vie. Nos cœurs battent souvent au rythme de ces concepts complexes. . . Lire la suite

Les relations publiques : un art pas comme les autres

Par défaut

relation-publique

Source image :rep2100.wordpress.com

<< Il me semble qu’en fait de relations publiques, Jésus a engagé douze gars très efficaces pour répandre sa parole, dont quatre ont écrit un Best-seller mondial, l’histoire de sa vie>> James Herbert.

Les relations publiques, il convient de le dire, sont une force incontournable du monde du journalisme, de la politique, du sport,de la publicité. Il y a des relations publiques partout autour de nous sans que nous n’y fassions attention. Peut-être c’est ce qui lui donne son aspect mystérieux. << Les gens travaillent avec les relationnistes sans comprendre ce que c’est que les relations publiques. >> Lire la suite

Qui êtes vous vraiment ?

Par défaut

 

 

find-your-way

source de l’image: http://y72015.kehsblogs.net/2015/09/24/finding-your-way-around-school-by-celine-naphray/ 

 

 

Des jeunes aussi talentueux que toi, aussi différents, avec les mêmes défis quotidiens se posent indéfiniment la question qui semble être la plus fatidique de la vie. Qui suis-je vraiment ? Pourquoi suis-je sur la terre ? Pourquoi suis-je à cet endroit que je n’ai pas vraiment choisis ? Suis-je le résultat d’un total hasard ? Suis-je vraiment utile ? Comment devrais-je orienter ma carrière ? Quel choix de programme d’étude me conduirait à une carrière épanouissante ? Devrais-je changer de programme cette session universitaire ?

Toutes ces questions, si je peux ainsi te rassurer, je me les suis posé. Elles sont aussi vaines que vaniteuses et en général ne m’ont pas permis de découvrir qui je suis et ce que je veux être. Lire la suite