LE FRANC CFA , ennemis du développement économique de l’Afrique francophone ?

Par défaut

Le Franc CFA (franc des Communautés Francophones d’Afrique ) est la monnaie commune utilisée en Afrique Francophone depuis les indépendances politiques de ces pays . On peut citer entre autres :

le Bénin, le Burkina, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo, qui constituent l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), dont l’Institut d’émission est la BCEAO ( Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest )

le Cameroun, la Centre Afrique, le Congo, le Gabon, la Guinée Équatoriale et le Tchad, qui constituent la Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC), dont l’institut d’émission est la Banque des États de l’Afrique Centrale (BEAC).

Ces pays cités ont en commun, leur très lent développement  économique social et même politique.

La monnaie des pays francophones d’ Afrique est dépendante de la banque de France depuis au moins 5 décennies .  Pourquoi rien a changé depuis ?

Pourquoi aucune innovation n’a été faite dans ce sens par les dirigeants Africains  ?

Pouvons-nous parler vraiment de développement économique en utilisant une monnaie qui ne comprends pas vraiment nos réalités Africaines ?

Nous tenterons d’expliquer de la façon la plus simple et la plus objective possible , l’ambiguë question jamais ou rarement soulevée , qui est la monnaie coloniale encore vedette dans les pays dits indépendants et souverains .

La monnaie, l’outil autour duquel s’articule l’économie d’un pays, devrait être la propriété de l’État qu’elle sert.  L’Afrique francophone ne peut absolument pas se vanter de disposer du contrôle de la monnaie …

lesmoutonsenrages.fr/…/Africa-France-relationship.png

L’Afrique francophone doit verser 50% de nos réserves de change sur les comptes du trésor public français ..(exigence de la France). En gros, de manière automatique , la France reçoit de grosses sommes d’argent, de l’argent des Africains , sans avoir besoin de faire une quelconque transaction .La France s’octroie un droit de veto dans la gestion des banques centrales régionales et y siège.Nous sommes des locataires , nous payons! cela rappel étrangement un comportement de dealer.

De nos jours, de plus en plus d’économistes africains parlent de réviser les accords et même de rompre avec ce qu’ils qualifient comme  << Esclavage économique  >>.

S’il est vrai que la monnaie ne résout pas tous les problèmes de l’économie , elle est la base de l’économie . Si la monnaie est un problème, il est logique qu’il n’en sortira aucune solution durable .

La souveraineté d’un état passe en effet par trois points :

La monnaie

La défense

La constitution

Selon le Professeur Nicolas AGBOHOU ( Docteur en Économie politique originaire de Côte d’Ivoire) , la plus importante pièce du triangle de souveraineté est la monnaie. << Lorsqu’on a sa propre monnaie , on utilise cette monnaie et on met en mouvement le génie d’invention , le génie créatif de la population >> 

<< ..Les 15 États africains utilisateurs du FCFA , sont paralysés dans leur développement , par une monnaie qui ne leur appartient pas …Lorsqu’on a sa monnaie , on fait travailler le peuple , on génère de l’argent et on peut exporter. Quand on exporte, on obtient des devises grâce auxquelles on achète le matériel militaire ; le deuxième point du triangle est formé. Lorsqu’on est puissamment armé , qu’on est auto-suffisant alimentaire , et  qu’on a une véritable indépendance économique, personne ne peut marcher sur nos constitutions …Dans le cas des pays africains ,nous ne pourront jamais observer ce triangle de souveraineté tant qu’on ne possède pas la monnaie.  >>

Pr Nicolas AGBOHOU

Comment le FCFA paralyse l’économie des pays francophones d’Afrique ?

Les institutions

Ces deux points convergent vers le blocage économique des pays utilisateurs du FCFA

Les institutions du FCFA

LA CONFÉRENCE DES CHEFS D’ÉTATS , LES TROIS BANQUES CENTRALES AFRICAINES , LE CONSEIL DES MINISTRES.

La conférence des chefs d’États :

Les chefs d’États africains décident à l’unanimité ce qui se passe dans la zone FCFA d’un point de vu économique… ( strictement sur papier …pas dans les faits  )

Le conseil des ministres ( supposé avoir le pouvoir de définir la politique monétaire , la politique de crédit , et qui a le pouvoir de dévaluer et de réévaluer le FCFA …)  ceci est encore strictement sur papier . En 1994 le FCFA a été dévalué apportant de lourdes conséquences  . Tous les chefs d’États de l’époque  reconnaissent que cette décision leur avait été imposée par la France.

FCFA 5000

Dans le livre du professeur AGBOHOU , on cite le premier ministre Français Edouard Balladur : << …c’est la France qui a pris la décision de dévaluer le FCFA >> … Le même Edouard Balladur dit encore : << la monnaie n’est pas un sujet technique; c’est un sujet politique qui touche à la souveraineté et à l’indépendance des États >>.

Puisqu’il n’est pas Africain , pourquoi et comment a-t-il dévalué le FCFA ? La réponse arrive comme une douche froide pour réveiller tous les esprits endormis alors attachez vos ceintures : LE FCFA EST UNE PROPRIÉTÉ DE LA FRANCE . LA FRANCE L’A INVENTÉ EN 1945 CONFORMEMENT À L’ARTILE 3 DU DÉCRET 01-36 . CE SONT LES AFRICAINS QUI APRÈS LEURS INDÉPENDANCES N’ONT PAS EU L’AUDACE DE REJETER LE FCFA ( FRANC des COLONIES FRANÇAISE D’AFRIQUE ).

À la BCC ( Banque Centrale des Comores ) il y a 8 administrateurs dont 4 Français et 4 Comoriens

à la BEAC  ( Banque des États de l’Afrique Centrale ) il y a 13 dont 3 Français

à la BCEAO ( Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest)  il y a 16 administrateurs africains et 2 Français ( en raison de 2 admin par État membre …il y a 8 pays membres de la BCEAO + la France )

D’apparence on peut dire qu’ils ne sont pas nombreux …Cependant , il est inadmissible d’avoir des Français présents dans des conseils d’administration des banques centrales africaines … On ne voit jamais de telles choses à la banque centrale du GHANA ou du NIGERIA. L’explication est qu’elle est propriétaire alors, elle gère et surveille son bien . Elle a un droit de veto. 

Dans le cas de la BCC , pour que le conseil d’administration de la BCC se réunisse , il faut au minimum 6 administrateurs ( il y a 4 Comoriens et 4 Français ) alors si l’ordre du jour n’intéresse pas les Français par exemple , ils n’ont qu’à ne pas siéger et aucune décision ne sera prise. Pour que les décisions y soient validées , elles doivent être prises par au minimum 6 admins…4 Comoriens ne peuvent donc pas prendre de décisions dans l’intérêt des Comores . ( Allez y vous avez la permission de rire un petit coup on se détend ) …

Il en est de même pour la BEAC et pour la BCEAO. Alors tant que ces 2 Français de la BCEAO , présents pour gérer à juste titre d’ailleurs et en toute légalité les intérêts de la France ne sont pas d’accord pour une décision dans l’intérêt de l’Afrique, IL NE SE PASSERA RIEN. En gros la chaîne qui a été brisée après la période coloniale des chevilles de nos pères est passée au cou des fils. Mais non il ne faut pas poser de questions , c’est dangereux d’en poser chez nous ,c’est même dangereux d’envisager sa liberté  ….

<< …Le problème ne se pose pas au niveau des Africains mais bien au niveau de la France qui est en position de domination et qui n’a jamais véritablement décolonisé. C’est cela le véritable problème . Pour bien apprécier la situation, il faut savoir le rôle de la Banque Centrale . Dans tous les pays du monde ,  la Banque Centrale est un établissement public qui appartient à un État ou un groupe d’États. La BCEAO par exemple a pour rôle de financer le développement des pays membres. C’est le conseil d’administration , chapeauté par la France qui prend les décisions . Ce sont eux qui décident du volume du montant de finance  à injecter dans le développement de chaque pays membre. Or, ce conseil d’administration, pendant qu’il prend cette décision, il y a la France avec son droit de veto. Autrement dit, c’est bien la France qui à travers le conseil d’administration , impose le très bas niveau de développement socio-économique que connait les États africains membres de la BCEAO. CAR DANS LA COOPÉRATION MONÉTAIRE DONT ON PARLE IL Y A UN SEUL PAYS QUI S’EST ENRICHI  ET AU DÉTRIMENT DES AUTRES , C’EST LA FRANCE. CECI DEPUIS 1945…La France a hérité du Nazisme monétaire pendant l’occupation de la France. Ce nazisme monétaire se manifestait non seulement par la présence systématique des Nazis à tous les postes stratégiques financiers dans les conseils d’administrations…c’est comme ça que les nazis pillaient systématiquement les pays sous sa domination dont la France. Ce Nazisme monétaire se manifeste non seulement par leur présence dans les conseils d’administrations ; mais également par 1-la dévaluation de la monnaie locale 2-le remplacement de la monnaie locale par une monnaie coloniale 3-par l’ouverture à Berlin des comptes d’opérations. >>

Quand je fais cette audacieuse comparaison entre le FCFA et le pacte de colonisation depuis les années 1950, j’ai juste l’étrange sentiment de me répéter et de ne rien pointer de nouveau ou de différent. Voici pour vous un petit aperçu :

La dette coloniale pour les avantages de la France coloniale ( les pays nouvellement indépendants doivent payer pour les infrastructures construites par la France AVEC LEUR PROPRE ARGENT …vous avez le droit de rire …moi je ris toujours devant la bêtise extrême )

Confiscation automatique des réserves nationales ( Les pays africains doivent déposer leurs réserves monétaires nationales en France à la Banque Centrale de France)

Droit de priorité sur toute ressource brute ou naturelle découverte dans le pays.

Priorité aux intérêts et aux entreprises françaises dans les marchés publics et constructions publiques ( la Côte d’Ivoire et la guerre avec la France ça vous rappel quelque chose ? La guerre en Lybie et les conséquences économiques actuelles vous parlent ? ok  …vous pouvez sourire … )

Droit exclusif de fournir des équipements militaires et de former les officiers militaires des pays ( accords de défenses …ils forment et instruisent leurs traites faits  maisons qui vont se charger des déstabilisations, des coups d’États et assassinats de tous les mauvais esclaves qui parlent trop d’indépendance …Blaise tua Sankara ,nous savons tous avec l’aide de qui et  les exemples sont légions. On poursuit  un diable ailleurs et on installe un autre diable au pouvoir avec une aréole sur la tête et des vêtements blancs ( la presse militairo-politique à la solde du néocolonialisme s’en charge )  …Nous jouons au yoyo

– Droit pour la France de pré-déployer des troupes et intervenir militairement dans le pays pour défendre ses intérêts ( toujours dans l’accord de défense…elle peut intervenir militairement en toute liberté et stationner des troupes en permanence dans des bases sur les COLONIES  )

– Obligation de faire du Français la langue officielle du pays et la langue pour l’éducation

– Obligation d’utiliser dans la France coloniale le FCFA ( et personne n’a jamais rien fait pour changer ça …en tout cas personne qui s’en est sorti vivant …oui vous pouvez rire encore je plaide la démence en tout cas …)

– Obligation d’envoyer le rapport annuel de solde et de réserve en France. 

– Renonciation à entrer en alliance militaire avec tout autre pays , sauf autorisation par la France ( toute dérogation à ce principe a été passive de coup d’État et de peine de mort …Les Africains sont bien les seuls sur la planète à se faire dominer de la sorte )

– Obligation de s’allier avec la France en situation de guerre ou de crise mondiale  ( ça par exemple,  je doute qu’on en arrive là au 21e siècle mais vu tout ce qui a déjà été possible , ça ne m’étonnerait pas du tout qu’on nous enrôle avec des chapeaux rouges , nous les tirailleurs africains version 2.0 du futur pour aller défendre notre grand-mère patrie, au détriment de notre mère patrie.

La France n’est pas une puissance sans ce système d’exploitation imposé à ces richissimes pays africains …La France n’est rien sans les colonies …la France dépend des colonies… La France est faible et a besoin des colonies …Mais pire encore , la France ne souhaite pas d’égalité elle veut la domination .

Un peuple qui se laisse faire n’est pas victime mais complice du pillage.

Bruler fcfa

Professeur Nicolas AGBOHOU Docteur en Economie politique

Nos parents nous ont laissé un héritage bien misérable , nous avons le devoir de souhaiter un peu plus d’égalité et de justice pour nos enfants . Dans le cas contraire , ayons la décence de ne pas nous reproduire, imitons les animaux.

2 réflexions sur “LE FRANC CFA , ennemis du développement économique de l’Afrique francophone ?

  1. Alex fils de Lumumba, neveu de Sankara

    Permet moi de me presser de rire devans cet etats de faits… car j’ai bien peur de d’etre obliger d’en pleurer.
    Je suis membre de la JATM (Jeuness Africain des Temps Moderne).
    Rejoins nous sur facebook, car la lutte continue.. Unis nous pouvons vaincre!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s